Je suis née dans un pays athée (la Chine). En raison de l’influence de l’éducation dans les écoles, je croyais en des erreurs telles que « L’homme a évolué à partir de singes » et « Il n’y a pas de Dieu dans le monde » depuis que j’étais jeune. À ce moment-là, moi, pleine d’espoir et de rêves éternels, je pensais que le monde était beau et qu’il y avait assez d’amour parmi les gens. Seulement si je vivais simplement et faisais les choses consciencieusement pourrais-je profiter d’une vie joyeuse. Après avoir été diplômée de l’école secondaire technique, j’ai travaillé comme enseignante de service de garde d’enfants. Jusque-là j’avais pensé que les enseignants en maternelle étaient les plus purs. Au-delà de mes attentes, la réalité différait beaucoup de mon imagination après mon entrée dans cette société.

    Au début de mon travail, je traitais mes collègues avec toute sincérité, communiquant sur tout avec eux, car je pensais que nous pouvions très bien nous entendre de cette manière. Au fil du temps, j’ai trouvé que mes collègues intimidaient toujours ceux qui leur étaient inférieurs, mais devenaient jaloux de ceux qui leur étaient supérieurs, parlant et se comportant d’une façon devant les autres et d’une autre manière derrière leur dos. Juste à ce moment-là, ma collègue, Mme Guo, était aimable avec moi superficiellement, et j’entretenais des relations avec elle de tout cœur aussi. De façon inattendue, j’ai été informée qu’elle avait mal parlé de moi à notre directeur que je ne traitais pas bien les enfants ou que j’avais eu connaissance de la communication avec les parents des enfants, ce qui finalement fit mauvaise impression sur le directeur. Après avoir entendu cela, je n’ai pas compris pourquoi elle avait fait comme cela. N’est-il pas dit dans nos livres d’école que le monde sera rempli d’amour ? Pourquoi étais-je frustrée à mon premier tour dans cette société ? Ayant été attaquée ici, j’ai quitté ce travail et j’ai commencé à travailler dans un autre jardin d’enfants. Je pensais que la nouvelle situation serait probablement meilleure, les choses ne se sont une fois de plus pas déroulées comme je l’avais souhaité. Cette directrice était est une femme réaliste. Elle appréciait quiconque la flattait, alors que je n’étais pas bonne à faire cela. Je ne faisais que mon travail consciencieusement, donc, naturellement, sans être stressée. Quelque temps après, je ne pouvais plus supporter ce genre d’injustice, j’ai démissionné de nouveau. J’ai travaillé comme employée dans une entreprise, espérant que les choses changeraient. Néanmoins, les collègues luttaient ouvertement et secrètement les uns contre les autres.

Je n’essaierai plus d’être la maîtresse de ma famille !

    Par exemple, l’un de mes collègues disait des mauvaises choses au sujet d’un autre collègue devant moi, et ensuite en disant des mauvaises à mon sujet devant un autre collègue. Dans cette foule compliquée, je me sentais extrêmement fatiguée tous les jours, je voyais la connivence et l’intrigue, les tentatives de tricher et de se montrer plus malin que les autres. En désespoir de cause, je suis redevenue enseignante au jardin d’enfants… Pendant quatre ans, j’ai cherché et travaillé à plusieurs endroits seulement pour voir l’obscurité et la laideur dans cette société. Je me demande où est mon abri, et pourquoi il y a des relations si complexes entre les gens. Ensuite, je voulais vraiment fonder ma propre famille, un habitat où je pourrais exprimer mon soulagement.

    En mars 2012, j’ai fondé ma propre famille. Mon mari qui me chérit beaucoup, m’a emmené à Hong Kong en dehors de la Chine continentale. J’avais l’habitude d’entendre parler de la relation sentimentale entre les belles-mères et les belles-filles. Malgré tout, moi, inexpérimentée, n’y adhérais pas, car je pensais que je n’étais pas exigeante pour tous les détails, mais prévenante pour les autres, alors il n’y avait aucune difficulté à gérer la relation entre ma future belle-mère et moi ! Après le mariage, j’ai offert de vivre avec ma belle-mère et ma jeune belle-sœur, au travers de quoi j’avais l’intention d’améliorer les relations entre les familles. Dans ma vie quotidienne, je résolus d’assumer ma propre responsabilité, en essayant d’être une femme compréhensive et une mère aimante : Dès que ma belle-mère était terne à la maison, je causais toujours avec elle, je l’accompagnais pour aller faire les courses et boire du thé, et ainsi de suite. De cette façon, je pensais que les belles-filles comme moi étaient déjà assez bonnes. Cependant, nous avons commencé à nous buter à des contradictions après la naissance de ma fille aînée. Non seulement ma belle-mère n’avait pas pris soin de moi pendant mon accouchement, mais elle était demeurée apathique. Parce qu’elle pensait toujours que ma fille et moi séparions son fils d’elle, elle me faisait la tête même quand je proposais de lui parler. Voyant cela, j’étais triste en mon cœur. Particulièrement, une fois mon mari et moi avions invité ma belle-mère et ma fille à boire du thé dans la boutique à vin dans laquelle il y avait beaucoup de clients. Ma belle-mère se leva brusquement et me demanda à haute voix : « Tu as volé mon argent, n’est-ce pas ? » Avant que je n’aie eu le temps de comprendre, elle a continué : « C’est toi qui a volé 20 000 yuans, des vêtements et des articles en jade. » J’avais peur d’être incapable de réagir, tremblait et lui répondit d’une voix tremblante : « Je n’ai pas volé ton argent. Ne me fais pas de mal. » Mais ma belle-mère n’a pas vraiment laissé tomber cette situation. Mon mari était tellement embarrassé qu’il tenait notre fille dans ses bras, pris ma main et nous sommes partis. Après cette affaire, j’étais complètement brisée. Bien que j’aie traité ma belle-mère avec un cœur sincère, ayant fait tout mon possible pour maintenir la relation entre nous, elle m’avait fait du tort, ce qui rendait difficile pour moi d’accepter un tel fait. J’étais incapable de comprendre pourquoi ma belle-mère m’avait traitée comme ça. Pourquoi les gens ne peuvent-ils pas vivre ensemble en paix ? À contrecœur, mon mari et moi, avec notre fille, quittâmes la famille élargie. Cependant, mon esprit n’était pas soulagé du tout. Dès que je pensais à ma belle-mère, j’étais très triste et je rêvais même souvent de ces choses malheureuses. Parfois, j’étais tellement désolée que je me pinçais la main pour donner libre cours à mon chagrin et à mon désespoir. À la fin, cependant, je n’avais aucun moyen de résoudre ma blessure intérieure et la tristesse.

    De cette façon, j’ai bouillonné jusqu’en avril 2015, quand mon jeune frère en Chine continentale eu un accident et fut envoyé à l’hôpital. Je me précipitais en Chine continentale et j’y rencontrais mon frère à l’hôpital, couvert de multiples blessures graves sur son corps en général avec des saignements aux yeux, ce qui était très effrayant. En voyant mon frère allongé sur le lit de malade, je me sentais très triste. À ce moment-là, j’ai senti que la vie de l’homme est fragile et je me demandais même si ce serait moi qui risquerais d’avoir le prochain accident. Tout à coup, je me sentais impuissante. Me rappelant ma condition familiale temporaire où il y avait des soucis et des souffrances ici et là, je ne pouvais pas comprendre pourquoi l’homme vit si douloureusement. Y a-t-il quelqu’un qui puisse me donner la réponse ? Dans une situation si triste et sans défense, je pensais soudainement à me détendre dans l’Église, car j’avais entendu que les gens pouvaient y prier. Même si je ne savais pas qui était Jésus et ce que je devais faire dans l’Église, je voulais juste trouver un endroit où je pourrais être soulagée et tranquille en mon cœur.

    Après être retournée à Hong Kong, je pris part à un service religieux avec mon ami dans l’Église où j’avais connu les paroles du Seigneur Jésus pour la première fois. Un passage des versets disait : « Alors Pierre s’approcha de lui, et dit : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu’à sept fois ? Jésus lui dit : Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois. » (Matthieu 18 :21-22). J’écoutais attentivement. En même temps, je voulais pardonner ma belle-mère et diminuer le ressentiment selon la parole du Seigneur Jésus. Cependant, quand je sortis de l’Église, je ne savais pas comment pardonner. De plus, étant allée quelques fois à l’Église, j’avais remarqué qu’une sœur disait toujours des mots durs aux autres et attaquait les autres dans tout ce qu’elle faisait ; il y avait aussi un couple qui était pieux dans l’Église, alors qu’il se battait souvent à la maison. Au bout d’un moment, ma rancune contre ma belle-mère existait toujours, en même temps que je voyais ces phénomènes, et je n’avais donc plus envie de fréquenter ces services religieux. Mais juste au moment où je projetais d’abandonner, le salut de Dieu Tout-Puissant des derniers jours est venu à moi.

    Une fois j’ai posté une image de la Bible sur le site Web, qui a été vue par la mère d’un camarade de classe de ma fille. Elle m’a contactée et m’a présenté Sœur Qiao pour discuter de la Bible ensemble. La première fois que je vis Sœur Qiao, je me sentis plus proche d’elle. Pendant notre conversation, je déversais toute l’amertume de ces années, et elle fit montre de sa compréhension envers moi. Elle dit : « Au commencement, quand Dieu a créé l’humanité, les êtres humains ont simplement obéi à Dieu et écouté la parole de Dieu, sans connivence et intrigue, jalousie et conflit, vivant harmonieusement. Plus tard, à cause de la tentation de Satan, les ancêtres de l’homme mangèrent le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Dès lors, les poisons de Satan furent instillés dans l’homme, puis la méchanceté et l’atrocité commencèrent à entrer dans le cœur de l’homme. Par la suite, Caïn, le fils aîné d’Adam, tua son frère, Abel, à cause de la jalousie. Parce que l’homme avait commis le péché et perdu la vie insouciante accordée par Dieu, ils ont vécu différentes épreuves… » Avec ces mots, je semblais comprendre un peu pourquoi il est si difficile pour les gens de s’entendre les uns les autres et mon cœur fut étonnamment soulagé. À l’origine, ma belle-mère a aussi été corrompue par Satan, alors elle me traitait comme ça. Je pensais : C’est seulement après avoir entendu le partage de Sœur Qiao une fois que je pu me libérer un peu. Peut-être que la rancune entre ma belle-mère et moi serait désamorcée si j’écoutais encore plusieurs fois, alors j’attendais avec impatience le prochain échange.

    Lors de la deuxième réunion, Sœur Qiao me prêcha l’œuvre de Dieu Tout-Puissant dans les derniers jours. La sœur échangea avec moi au sujet de la création du monde au cours de laquelle l’humanité fut réellement corrompue par Satan, le plan de gestion de l’intention de Dieu de sauver l’humanité et les trois étapes de l’œuvre de Dieu au milieu de l’humanité : l’œuvre de l’ère de la Loi, l’œuvre de l’ère de la Grâce et l’œuvre de l’ère du Règne. La Sœur me dit aussi que dans les derniers jours, Dieu Tout-Puissant est incarné en Chine, et a personnellement exprimé des mots et fait l’œuvre pendant plus de vingt ans. C’est la troisième étape de l’œuvre, c’est-à-dire la dernière étape de celle-ci. À la fin de cette œuvre, Dieu emmènera l’homme vers une destination merveilleuse. Par conséquent, il n’y aura pas de larmes et de chagrins parmi l’humanité… J’écoutais le témoignage de la sœur lorsque je me suis soudainement étonnée : Dieu est si réel pour moi pour la première fois ; Il vient parmi les gens en personne et exprime des mots pour nous sauver. À cette minute, j’aimerais en savoir plus sur Dieu. La sœur m’a donné un livre intitulé : « Les brebis de Dieu entendent la voix de Dieu » et quelques passages des plus récentes déclarations de Dieu sur « Dieu Lui-même, l’Unique » et ensuite je fus profondément attirée par ces paroles de Dieu et le mystère de l’œuvre de Dieu. Quand il y avait du temps, je lisais la parole de Dieu.

    Un jour, j’ai lu les paroles de Dieu suivantes : « Le tempérament corrompu de l’homme résulte de son empoisonnement et de son piétinement par Satan, du préjudice monstrueux que Satan a infligé à sa pensée, à sa moralité, à sa perspicacité et à sa raison. […] Après avoir été corrompus par Satan, sa raison, sa conscience et son humanité originelles sont devenues obtuses et ont été handicapées par Satan… » (Extrait de « Avoir un tempérament inchangé, c’est être en inimitié envers Dieu », La Parole apparaît dans la chair). « Dans le tempérament des gens normaux, il n’y a pas de fausseté ni de tromperie, les gens ont une relation normale les uns avec les autres, ils ne sont pas seuls et leur vie n’est ni médiocre ni décadente. De même, Dieu est exalté parmi tous, Ses paroles s’infiltrent parmi les hommes, les gens vivent en paix entre eux et, sous les soins et la protection de Dieu, la terre est remplie d’harmonie sans l’interférence de Satan, et la gloire de Dieu a la plus grande importance parmi les hommes. De telles personnes sont comme des anges : pures, dynamiques, ne se plaignant jamais de Dieu et consacrant tous leurs efforts uniquement à la gloire de Dieu sur la terre. » (Extrait de « Interprétation de la seizième déclaration », La Parole apparaît dans la chair). En lisant les paroles de Dieu, je pensais aux luttes et aux fausses accusations entre des personnes pour leurs intérêts avant ma croyance en Dieu ; après le mariage, ma belle-mère et moi nous sommes tournées l’une contre l’autre pour des choses triviales de la vie quotidienne. À cause de la corruption de Satan, nous, les humains, avons perdu la ressemblance originelle d’être simplement créés, sans humanité ni raison. L’affliction et le harcèlement du contact entre les gens sont attribués à la corruption et à la perturbation de Satan. Cependant, Dieu nous sauvera et nous permettra de retrouver la ressemblance d’un homme véritable, en nous faisant vivre harmonieusement. Si nous ne venons pas devant Dieu, nous ne connaîtrons jamais la vérité, ne lâcherons jamais les contradictions entre les personnes, et ainsi nous nous enfoncerons dans plusieurs types de souffrances.

    Dès lors, quand je pensais que ma belle-mère ne me traitait pas bien, je priais Dieu et je lisais les paroles de Dieu, laissant Dieu protéger mon cœur d’être attaqué par Satan. Petit à petit, la haine que j’avais pour ma belle-mère disparut et je ne me sentais plus aussi en peine qu’avant. Plus tard, je pouvais manger avec ma belle-mère à l’initiative. À ma grande surprise, l’attitude de ma belle-mère envers moi s’améliora également. J’ai vraiment goûté au fait que Dieu peut en effet conduire l’homme à rompre avec l’esclavage de Satan. J’ai lu les paroles de bénédiction de Dieu à l’homme : « Quand l’homme arrivera à mener la vraie vie de l’homme sur terre, toutes les forces de Satan seront anéanties, et l’homme vivra aisément sur la terre. Les choses ne seront pas aussi complexes qu’elles le sont aujourd’hui : les relations humaines, les relations sociales, les relations familiales complexes, elles sont embêtantes, si douloureuses ! La vie de l’homme ici est trop misérable ! Une fois que l’homme aura été conquis, son cœur et son esprit vont changer : Il aura un cœur qui adore Dieu et un cœur qui aime Dieu. Une fois que tous ceux qui sont dans l’univers qui cherchent à aimer Dieu seront conquis, ce qui veut dire, une fois que Satan sera vaincu, et une fois que Satan — toutes les forces des ténèbres — sera anéanti, alors la vie de l’homme sur terre ne sera pas affectée et il sera capable d’y vivre librement. […] En menant une vie humaine normale sur terre, l’homme sera semblable à un ange ; bien qu’étant toujours de chair, il sera beaucoup plus comme un ange. C’est la promesse finale, c’est la dernière promesse qui est faite à l’homme. » (Extrait de « Restaurer la vie normale de l’homme et l’emmener vers une merveilleuse destination », La Parole apparaît dans la chair). Les paroles de Dieu m’ont donné la foi. Je crois que seul Dieu peut complètement résoudre les relations compliquées entre les gens et que seul Dieu peut guider l’homme vers une merveilleuse destination, afin qu’ils puissent avoir une vie comme celle des anges.

 

    Quand je regarde la comédie musicale produite par l’Église de Dieu Tout-Puissant, l’histoire de Xiaozhen, l’hymne des paroles dDieu qui y est contenue m’émeut profondément : « L’humanité, qui a quitté l’offre de vie du Tout-Puissant, ne sait pas pourquoi elle existe, et pourtant elle craint la mort. Il n’y a pas de soutien, aucune aide, mais l’humanité est toujours réticente à fermer les yeux, bravant tout, traînant une existence ignoble dans ce monde dans des corps dépourvus de conscience d’âmes. Tu vis ainsi, sans espoir ; il existe ainsi, sans but. Il n’y a que le Légendaire Saint qui viendra pour sauver ceux qui gémissent dans la souffrance et attendent désespérément Son arrivée. Cette croyance ne peut être réalisée à ce jour chez ceux qui sont inconscients. Cependant, les gens y aspirent toujours autant. Le Tout-Puissant a pitié de ces gens qui souffrent profondément. En même temps, Il en a assez de ces gens qui n’ont pas de conscience, parce qu’Il doit attendre trop longtemps pour une réponse de l’homme. Il veut chercher, chercher ton cœur et ton esprit. Il veut t’apporter de la nourriture et de l’eau et te réveiller, de sorte que tu n’aies plus soif, que tu n’aies plus faim. Lorsque tu es fatigué et quand tu commences à sentir la désolation de ce monde, ne sois pas perplexe, ne pleures pas. Dieu Tout-Puissant, le Gardien, t’accueillera à tout moment. » (Extrait de « Le soupir du Tout-Puissant », La Parole apparaît dans la chair). En écoutant chaque mot de l’hymne et en me rappelant ces jours où je vivais dans ce monde de misère sans Dieu dans ma vie, je me sentais en effet très fatiguée. Tout comme les mots de l’hymne : je suis entourée de diverses misères et je me prépare à continuer à vivre. Seul Dieu a une connaissance de ma détresse et de l’impuissance dans mon cœur. C’est Dieu qui m’a amenée devant Lui et m’a fait savoir que je venais de Dieu quand je n’avais pas d’issue. Dans les paroles de Dieu, j’ai clairement vu la racine de ma misère et j’ai appris que nous, les humains, avons été profondément corrompus par Satan et que nous avons besoin du salut de Dieu, alors j’ai acquis une espérance et un but de vie. Ce sentiment était juste comme un agneau perdu revenant à l’étreinte de sa mère et qui dépend d’elle, à partir de laquelle j’ai senti le véritable amour et le salut de Dieu pour moi. Je suis prête à m’appuyer sur Dieu et à Le suivre jusqu’à la fin !

    Auteur : Xi Wen, Hong Kon

    Source : Bible en ligne